Section de L'Aigle et du Pays d'Ouche

Section de L'Aigle et du Pays d'Ouche

Meeting de lancement de campagne

Cher(e) Camarade,

Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais et tous les candidat(e)s lanceront la campagne des élections régionales lors d’un meeting au stade Jesse Owens au Val de Reuil le vendredi 30 octobre à 19 h 00.

Ce meeting se tiendra en présence de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, Clothilde Valter, Secrétaire d’Etat et députée du Calvados et Valérie Fourneyron, députée de Seine-Maritime.

 

https://www.facebook.com/NicolasMayerRossignol2015

 

Welcome ! Pour une réponse européenne solidaire au défi migratoire

Communiqué de presse des députés socialistes européens: 

Tribune publiée dans le Huffington Post : http://www.huffingtonpost.fr/pervenche-beres/aide-accueil-migrants-europe_b_8088404.html?utm_hp_ref=france

 

Par Eric Andrieu, Guillaume Balas, Pervenche Berès, Jean-Paul Denanot, Sylvie Guillaume, Louis-Joseph Manscour, Edouard Martin, Emmanuel Maurel, Gilles Pargneaux, Vincent Peillon, Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, Virginie Rozière, Isabelle Thomas

 

 

L’Europe fait face à un afflux de réfugiés d’une ampleur inégalée depuis la Seconde Guerre mondiale. Les scènes dramatiques, dont nous sommes les témoins jour après jour, constituent un affront à l’humanité, à nos valeurs et à notre histoire. Un peu partout en Europe, nombreux sont ceux qui choisissent la solidarité et la fraternité. Les responsables politiques doivent soutenir ce mouvement qui s’amplifie, notamment via la constitution d’un réseau de villes solidaires. Au Parlement européen, nous n’avons pas attendu les drames pour demander un système européen unifié d’asile et une politique migratoire européenne avec des règles communes.

 

Quelques principes absolus méritent d’être martelés : tout individu qui fuit la guerre, la persécution, la torture, le terrorisme, a le droit de quitter son pays pour demander l’asile et être accueilli dignement. C’est non seulement un droit fondamental, mais aussi une obligation internationale.

 

Aujourd’hui, ceux qui sont des victimes dans leur pays sont obligés de risquer leur vie pour faire valoir leurs droits : cette double peine est inadmissible, c’est pourquoi nous devons ouvrir des voies d’entrée sûres et légales en Europe pour les migrants et les demandeurs d’asile.

 

En 2009, le Parlement européen avait massivement voté pour attribuer le Prix LUX [1] au film « Welcome » de Philippe Lioret ; ce vote s’inscrivait dans notre combat pour un système européen unifié d’asile et une politique migratoire européenne avec des règles communes. Plus que jamais, ces deux objectifs politiques sont d’actualité, alors même que les droits fondamentaux des demandeurs d’asile sont bafoués par la politique de certains gouvernements. L’Europe est à tort pointée du doigt et sommée de trouver des solutions. Oui, elle peut et doit mieux faire ; mais elle ne pourra rien si les Etats membres n’assument pas leurs responsabilités : ils doivent sortir de la logique trop souvent privilégiée du chacun pour soi, chacun chez soi. La Hongrie, en poussant à l’extrême cette logique individualiste aux relents xénophobes, s’enferme d’elle-même derrière un nouveau rideau de fer…

 

Les grands mouvements de migration, qu’on le veuille ou non, ne s’arrêteront pas : la situation politique du Moyen-Orient et de l’Afrique ne sera pas stabilisée dans un proche avenir. Aucun dispositif de contrôle n’empêchera ces personnes de fuir, et les laisser mourir en détournant le regard est intolérable. Face à des drames d’une telle ampleur issus d’une crise majeure et durable, la réponse ne peut qu’être européenne : les Européens doivent s’organiser et s’engager dans un effort massif, exceptionnel, d’aide aux réfugiés.

 

Car, c’est uniquement dans la solidarité que l’Europe pourra faire face à ce défi : l’ouverture nécessaire des centres d’accueil nécessaires doit être soutenue par l’ensemble des Etats européens ; la répartition équitable et obligatoire des demandeurs d’asiles entre les Etats membres de l’Union est indispensable, comme l’ont réaffirmé l’Allemagne et la France. En Allemagne, un nombre record de 800 000 demandes d’asile est attendu pour cette année. Cette arrivée sans précédent et assumée de migrants constitue le plus grand défi de ce pays depuis la chute du Mur de Berlin. Face à cette situation, l’Allemagne a autant besoin de la solidarité européenne qu’avant l’été, la Grèce. Tous les Etats membres doivent s’engager dans la voie de la solidarité et du partage des responsabilités.

 

Si nous n’agissons pas, les drames auxquels nous avons assisté ne seront rien par rapport à ceux qui se profilent : c’est pourquoi il est urgent que l’Union européenne et ses Etats membres agissent collectivement afin de mettre en pratique une politique migratoire réellement européenne, solidaire et responsable, et qu’elle s’en donne les moyens financiers et politiques.

 

Avec la crise des réfugiés, les principes fondamentaux de la construction européenne sont à l’épreuve de façon aussi systémique et encore plus identitaire que pendant la crise financière. Nos idéaux communs sont en jeu. Faute d’être à la hauteur du défi commun, c’est à l’implosion de l’Union européenne que nous pourrions assister. Nous appelons donc à la prise de conscience et au courage politique des gouvernements nationaux.

 

 

 

[1] Le Prix LUX a pour objectif d’éclairer le débat public sur les valeurs défendues dans le processus de construction européenne et de faciliter la diffusion des films européens dans l’Union européenne grâce à leur traduction dans les 23 langues officielles.

 

 

Le départ d’un grand militant.

 

Photo Ouest France

Photo Ouest France

Pierre Lemoine nous a quittés cet été. Il laisse pour beaucoup l’image d’un homme d’église généreux, disponible et humain. Nous, nous retiendrons surtout son engagement militant, ses justes colères, et ses actes en faveur de ses concitoyens. Certains se souviennent encore de cette nuit de février 1990 où il sonna le tocsin pour  sauver l’usine Eurofac de Rai face à la menace des camions de déménagement venus d’Allemagne.

Pierre, tu vas nous manquer.

Christine Rodriguez

Secrétaire de la section du Parti Socialiste de L’Aigle et du Pays d’Ouche

Européennes: appel au vote de Christine Rodriguez pour la liste conduite par G. Pargneaux et C. Roiron

De l’importance du vote aux élections européennes dimanche

  • Parce que les fonds européens aident directement les citoyens, que ce soit en passant par les collectivités ou par les initiatives personnelles (plus de 500 millions pour la basse Normandie en 6 ans), à quoi il faut ajouter la Politique Agricole Commune ( PAC), bien qu’elle ait besoin d’être fortement révisée  en faveur d’un agriculture à taille humaine.
  • Parce que la jeunesse a pu bénéficier d’échanges enrichissants grâce au programme ERASMUS, programme qui a failli être abandonné par la volonté de la majorité libérale, et qui a non seulement été sauvée, mais dont les fonds ont été presque doublés grâce à la pression et au vote des députés socialistes et socio-démocrates.
  • Parce que l’Europe a permis une sensibilisation plus importante en France en matière de transition énergétique, de développement durable, de protection de l’environnement.
  • Parce que pour la première fois, les électeurs pourront, par le choix des députés, élire le président à la commission européenne. Globalement, deux choix seront possibles: Mr Juncker, ancien premier ministre d’un des bastions des paradis fiscaux, le Luxembourg, soutenu par les libéraux, et dont on peut difficilement imaginer qu’il va lutter pour la levée du secret bancaire et pour la taxe sur les transactions financières, ou Martin Schulz , du SPD allemand, fermement opposé à l’austérité menée par les conservateurs et dont l’engagement est fondé sur la justice sociale, l’emploi, la lutte contre les changements climatiques et la réforme des marchés financiers.
  • Parce que l’Europe c’est la paix (70 ans sans guerre), mais que rien n’est acquis, et que certaines pratiques, comme le populisme, vecteur de haine, peuvent ramener à la guerre.

Voilà quelques raisons pour voter dimanche.

Pour autant, cette Europe ne vous plait pas? à moi non plus. En effet, elle est  gouvernée depuis 10 ans par des conservateurs et des libéraux, pour qui la priorité a toujours été de privilégier l’Europe des marchés et du libre échange, de la concurrence et du dumping social, plutôt que le citoyen, amplifiant les problèmes qui nous touchent au quotidien. L’exemple le plus marquant dernièrement, le remboursement d’une dette due en partie à l’irresponsabilité des banques et qui force les états à une politique d’austérité insupportable. Grâce à l’intervention de François Hollande, ceci sera maintenant corrigé par l’union bancaire, mais il faut aller plus loin.

La solution n’est pas de refuser l’Europe, mais d’exiger une autre Europe, une Europe plus juste, plus solidaire, plus efficace, bref une Europe plus sociale, où chaque citoyen puisse trouver sa place.

Le 25 mai, l’enjeu sera clair, voter pour la liste Choisir notre Europe PS/PRG/PSE  menée par Gilles Pargneaux et Claude Roiron, et donc pour Martin Schulz, notre candidat à la présidence de la commission, c’est voter pour un avenir plus clair, plus juste pour la France.


Christine Rodriguez,

Conseillère municipale- Aube

candidate

Pour plus d’informations, consultez le site internet:   https://www.choisirnotreeurope.fr

Liste

La triste course à la notoriété

Ainsi que nous l’avions souligné durant la campagne des élections municipales, V. Louwagie est une femme ambitieuse, qui ne compte pas se limiter à la petite notoriété que peut lui conférer le territoire aiglon. Elle a choisi, pour exister médiatiquement, d’occuper le terrain du conservatisme social, de manière à chaque fois plus grossière.

Sa dernière intervention à l’assemblée, où elle a transformé une initiative potache de lycéens en volonté gouvernementale de corrompre la jeunesse,  en est l’illustration:

http://www.dailymotion.com/video/x1unmp2

La mauvaise foi de cette question polémique a valu à notre députée de remporter un prix qui la ravira sans aucun doute, celui de question la plus idiote de la cinquième République, décerné par un chroniqueur de Radio France. Durant sa campagne des élections municipales et même intercommunales, V. Louwagie disait vouloir faire profiter notre territoire de son « carnet d’adresses ». Il serait bon qu’elle lui épargne son « carnet de maladresses »…